L'immortelle de Trébizonde

20,00 €
Aucune taxe

Paule Henry Bordeaux (1903-1999), fille de l’illustre académicien Henry Bordeaux, publie son premier roman, Antaram (L’immortelle) de Trébizonde en 1930, d'abord sous forme de feuilleton dans les colonnes du Figaro, et dans la foulée, en un volume édité par Albin Michel. Les Arméniens exultent. Salué par la critique, le titre manque de peu le prix Femina. C'est le premier roman du génocide, bien avant "les 40 jours du Musa Dagh", de F. Werfel, paru en 1933. Si le livre de Paule Henry Bordeaux sombre dans l'oubli, c'est très certainement parce qu'il est iconoclaste et étonnement avant-gardiste. Paule Henry Bordeaux y révèle le sort des "restes de l'épée", qui ne seront découverts et étudiés qu'à partir des années… 2010.
Préface de Taline Ter Minassian.

Quantité

100% secure payments
 

Paiement sécurisé

 

Livraison gratuite

Paule Henry Bordeaux (1903-1999), fille de l’illustre académicien Henry Bordeaux, n’est âgée que de 27 ans quand est publié, en 1930, son premier roman, Antaram (L’immortelle) de Trébizonde, sous forme de feuilleton dans les colonnes du Figaro, et dans la foulée, en un volume édité par Albin Michel. Salué par la critique, le titre manque de peu le prix Femina.

C’est la première fois qu’un auteur français retrace à travers une fiction au réalisme saisissant, deux pans de l'histoire moderne de l'Arménie : l’élimination des Arméniens dans l’Empire ottoman en 1915, suivie de la lutte de libération nationale menée par ceux retranchés dans le Caucase. Lutte désespérée couronnée par un miracle géostratégique : la création de la République arménienne de 1918. C’est grâce à ses talents conjugués d’historienne, de romancière et de grande voyageuse en Orient – elle a pu recueillir des témoignages de survivants en Syrie – que Paule Henry Bordeaux a réussi ce coup de maître d'un étonnant modernisme.

Paule Henry Bordeaux, issue d'une illustre famille de Savoie, s’est passionnée pour  l’Orient et des personnages féminins singuliers : Lady Stanhope (La Circée du désert en 1924 et La sorcière de Djoun en 1925), Marie Stuart, reine de France et d'Écosse (1938), puis Louise de Savoie, régente et « roi » de France (1954), Grand prix Gobert de l’Académie Française.

"Vous avez écrit un livre de la dimension de la Case de l’Oncle Tom."
André Mandelstam, diplomate, juriste international.

"Comme je vous remercie de m’avoir envoyé Antaram de Trébizonde et partant après demain pour ma Lorraine, de m'avoir donné un bon compagnon de route."
Maréchal Lyautey, académicien, maréchal de France.

"Mes très vives  félicitations pour ce beau roman."
Raymond Poincaré (1860-1934), président de la République française.

Fiche technique

Auteur
Paule Henry Bordeaux
Dimensions
14 X 21cm
Pages
260 pages